Oeuvre : Précisions - 2001.1.1 1122 (ALFA-ROMEO : 6 C 1750) | Musée national de l'Automobile

Ancienne(s) appartenance(s): 
Autre(s) numéro(s): 
1020 ; 1020 (N° Schlumpf)

Carrosserie: 
Carrosserie tourisme et loisir>Carrosserie ouverte>Roadster

Création / Exécution: 

TOURING
[Hors hiérarchie], I, MILAN (lieu de création)
1931 (sortie d'usine)

Date de création: 
July 8, 2021 9:42 AM America/Eastern Standard Time/New York (EST) -5:00
Date de création / exécution: 
1931
Date de dernière modification: 
January 27, 2022 8:58 AM America/Eastern Standard Time/New York (EST) -5:00
Diffusion: 
Dénomination: 

automobile particulière ou de sport

Historique de l'oeuvre: 
HISTORIQUE MARQUE ALFA ROMEO

En 1910, Ugo Stella rachète la compagnie Darracq Italiana et fonde la société A.L.F.A (Anonima
Lombarda Fabbrica Automobili). La première voiture produite sous le nom Alfa est la 24 HP, dessinée par Giuseppe Merosi. La compagnie devient propriété de Nicolas Roméo en 1918. La première voiture portant le nom d’Alfa-Roméo est le torpédo 20-30 HP de 1920. La même année, Enzo Ferrari devient pilote chez Alfa. Dessinée par Vittorio Jano, la première grande voiture de course, la P 2, pousse Alfa aux sommets de la compétition en remportant le Championnat du Monde de 1925. Ce n'est qu'un début, les Alfa frappées du célèbre trèfle à 4 feuilles, vont triompher pendant plus d'une décennie sur tous les terrains, en Grand Prix, comme aux 24 Heures du Mans en passant par les routes infernales des Mille Miglia ou de la Targa Florio. En 1933, au bord de la faillite, Alfa arrête les courses et, saisie par le gouvernement italien, commence à produire des moteurs d’avions. Pendant la guerre, l’usine est bombardée et produit surtout des engins militaires. Le retour à la compétition se fait avec l’Alfetta, pilotée par Juan-Manuel Fangio qui gagne le Championnat du Monde de F1en 1951. La marque utilise également des pièces d’avant-guerre pour construire une nouvelle 6 C 2500, succédant aux 6 C 1500 et 6 C 1750. Alfa-Roméo s’est forgé une image de voitures de luxe mais souhaite élargir sa clientèle. C’est chose faite en 1950 avec la sortie de la 1900, première production « de masse » de la marque. A l'origine de cette révolution, on trouve Orazio Satta Puglia. Alfa Romeo devient le second constructeur national à l'aube des années soixante mais les conflits sociaux, choix stylistiques et de renouvellement de gamme discutables, de qualité en baisse, ternissent durablement l'image de la marque. Quelques années plus tard naît la Giulietta, plus petite et moins chère que la 1900. En 1962, c’est l’arrivée de la Giulia, dont les déclinaisons les plus célèbres sont le Spider Duetto, la Giulia Sprint GT ou Coupé Bertone. Un an plus tard, Alfa revient à nouveau dans la course automobile sous le nom d’Autodelta. Enfin, la marque renoue avec la voiture de luxe de huit cylindres avec la Montréal, du nom de l’exposition où elle a été présentée au public. L’année d’après, une nouvelle voiture de début de gamme est produite, l’Alfasud, ainsi nommée car produite dans des usines du Sud de l’Italie et non à Milan. Dans la gamme d’Alfa, la Giulia est remplacée par une nouvelle Alfetta. L’année 1979 est marquée par la première production de masse d’un moteur diesel. L’Alfasud est remplacée dans la gamme par l’Alfa 33 qui totalisera une longévité de commercialisation record de treize ans. La dernière voiture produite avant le rachat de la marque par Fiat en 1986 est l’Alfa 75. La production dans le giron de Fiat démarre avec la 164, une nouvelle voiture de luxe. Cette idée de Fiat, de faire d’Alfa-Romeo, la marque des voitures de luxe du groupe se retrouve en 2005 avec l’arrivée de l’Alfa Brera.
En 2008, c’est le retour d’une Giulietta. La marque Alfa-Roméo a fêté son centenaire en 2010.

HISTORIQUE MODELE ALFA ROMEO 6 C 1750 GS

La 2ème voiture conçue en 1925 par l’ingénieur Vittorio Jano est une 1500 six cylindres. Légère et performante, elle bénéficie des progrès techniques mis au point pour la compétition. Elle obtient un succès flatteur à l’occasion des Salons de Londres, Milan et Paris. Son exceptionnelle stabilité et la qualité de son freinage, vont lui permettre de briller en compétition.
Elle est déclinée en 2, 4 ou 6 places et sera habillée par les meilleurs carrossiers italiens. Il y aura cinq séries : normale, sport et super sport et son moteur aura un puis deux arbres à cames en tête, avec ou sans compresseur. Elle est produite de 1926 à 1929.
La 6 C 1750 prend la suite de la 1500 à la fin 1929. Plus puissante, elle a conservé les qualités de la 1500. Six séries seront produites, là aussi avec un ou deux arbres à cames en tête, avec ou sans compresseur. Son augmentation de puissance par rapport à la 1500, en fait une redoutable concurrente et sera une des premières vraies G.T.
Les Spiders étaient en général carrossés par Touring ou Zagato, avec des pare-brise rabattables.

HISTORIQUE VEHICULE ALFA ROMEO CODE 1122

L’Alfa-Romeo 6 C 1750 (Code 1122) est un roadster carrossé par Zagato.
Elle a été vendue à Schlumpf le 5/11/1962 par Aldo Minoretti de Dübendorf (Suisse) qui tenait un garage spécialisé dans les voitures de sport. Pilote amateur, il a participé à quelques courses en Suisse jusqu’en 1948 aux Erlen avec cette voiture, pourtant déjà bien dépassée, où il finit 3ème de sa catégorie.

Identifiant: 
74
Identifiant universel unique OAI: 
oai:mmsa.webmuseo.com:Base-MNA/publicationNotices/10514

Index créateurs: 
Index dénominations: 
Index lieux de création: 
Index matières: 
Lien: 
Localisation permanente: 
Marque: 
Matières et techniques: 

A confirmer (Rouge/cuir noir mat)

Mesures: 

H. 1,47 m, l. 1,65 m, L. 3,85 m, Poids 920 kg

Modificateur: 
Nomenclature interne: 
Numéro d'inventaire: 
2001.1.1

Numéro d'inventaire MNA: 
1122

Oeuvre du domaine public: 
non
Où: 
Protection(s): 

Classé MH

Quand: 
1931
Type: 
6 C 1750